🇨🇷 Le Costa Rica et ses paresseux qui ne le sont pas ……

Mercredi 22 Novembre – Départ 10H00 – 32° – Beau temps mais nuageux

Nous quittons San Juan del Sur avec des difficultés car il y a des travaux d’électrification, et des embouteillages, car personne ne fait la circulation. Au bout d’une bonne demi-heure, les policiers se sont mis en action, et c’est enfin que nous avons pu quitter les lieux.  Cardenas, des bidons de carburants sont sur le bord de la route, en effet, il n’y a pas de station essence pendant de nombreux kilomètres, certains habitants vous proposent du carburant.

Nous arrivons à la frontière du Nicaragua vers 13H00. Samy passe dans le tunnel de désinfection (4€)

Il nous faudra 2 heures pour les formalités –  et prendre une assurance obligatoire pour Samy à la douane (à titre indicatif  22500 colons cash : 33,75€)

Nous voilà au Costa Rica, les paysages sont très verts, la route vient d’être refaite, c’est un plaisir de rouler…..

Un peu de géographie pour commencer : Le Costa Rica littéralement « Côte Riche », en forme longue la République du Costa Rica, est une république constitutionnelle unitaire d’Amérique centrale ayant un régime présidentiel.

La majeure partie de son territoire est situé sur l’isthme centraméricain, encadré par la mer des Caraïbes, à l’est et l’océan Pacifique à l’ouest et au sud, bordé au nord par le Nicaragua et au sud-est par le Panama, et qui comprend également l’Île Cocos située dans l’océan Pacifique, à plus de 500 kilomètres des côtes du pays. Elle a pour capitale San José, pour langue officielle l’espagnol et pour monnaie le colón. Sa devise est « ¡Vivan siempre el trabajo y la paz! » (« Que vivent pour toujours le travail et la paix ! ») et son drapeau est constitué de cinq bandes horizontales respectivement bleue, blanche, rouge, blanche et bleue. Son hymne est « Noble patria, tu hermosa bandera »

Le Costa Rica est souvent surnommé « la Suisse de l’Amérique centrale »

Un peu d’histoire : Le territoire costaricien est occupé par les Amérindiens dès la Préhistoire avant d’être découvert par Christophe Colomb en 1502. Colonisé par les Espagnols du XVIème au XIXème siècle, le Costa Rica acquiert son indépendance en 1821. Depuis le 1er décembre 1948, le Costa Rica est un pays neutre et est devenu la première nation du monde à avoir constitutionnellement supprimé son armée. Dès lors, le pays se distingue en Amérique Centrale par son modèle de développement donnant la priorité à l’éducation, à la santé et à la protection de l’environnement. Il est depuis 2009 classé à la première place mondiale du Happy Planet Index et en 2012 à la cinquième place de l’indice de performance environnementale grâce à sa politique active de développement des énergies renouvelables  (hydraulique, éolienne, géothermique qui lui permettent depuis 2015 de s’éclairer uniquement aux énergies renouvelables.

La Cruz, sur les abords des routes et villages, pas de sacs poubelles, d’ordures de bouteilles, ou très peu comparativement aux autres pays que nous avons traversés d’Amérique Centrale.

Les cultures de canne à sucre sont nombreuses – Liberia

Bivouac Playa Panama, entre les 2 hôtels.

Jeudi 23 Novembre – Départ 8H45 – Beau soleil – Température 26°

Bagaces –  Plantation de techs

Nicoya – Hojancha – Petites routes bien agréables (route 158) à travers la forêt, ça monte, ça descend, des fincas et des élevages de bramhas.

Bivouac à Samara  photos plage en bout du chemin.

Vendredi 24 Novembre – Départ 8H00 – Température 27° – Beau soleil

Nous décidons d’aller voir la réserve naturelle Mozara, par une route très endommagée, nous mettrons une heure pour faire 30 kms.Nous pensions voir les tortues, hélàs renseignements pris, elles sont reparties la semaine dernière. Un peu déçus, nous devons rebrousser chemin et il nous faudra encore une heure pour les 30 kms.

44000 kms parcourus par Samy depuis le début du voyage.

Arbolito – Lajas – Hojancha-Quebrada Honda

Pueblo Nuevo – Tilaran – Tronadora

Il fait 24°, le temps est gris – Sabalito – Guadalaraja – Nuevo Arenal où nous ferons une petite pause au bar.  Le jeune restaurateur nous indiquera où nous pouvons passer la nuit en bordure de la lagune Arenal. Hélàs, il se met à pleuvoir et nous ne pouvons pas voir le Volcan Arenal, un des volcans le plus actif du Costa Rica, et le spectacle des coulées pendant la nuit.

Samedi 25 Novembre – Température 18° – Temps pluvieux – Départ 8H00

Il a plu toute la nuit, nous étions garés sous un arbre, nous n’avons pas trop bien dormi, compte tenu des gouttes qui faisaient pas mal de bruit en tombant sur la cellule…..

Et il pleut toujours, l’horizon est bouché, et nous ne pourrons pas voir le volcan Arenal. Vu la météo annoncée, nous décidons de partir sur la côte caraïbe. Nous contournons la lagune du volcan en traversant la forêt équatoriale, et aussi des pins, des établissements luxueux pour touristes, des thermes, des hôtels avec spa, et des restaurants.

La Fortuna, Tanque, San Cristobal, des prairies, des fermes, des plantations de canne à sucre, quelques usines, et des champs d’ananas.

Aquas Zancas, Venecia, La Virgen, Las Horquetas, Flores, Guapiles, Poquora, Siquines, et San Clemente, des petits villages le long du parcours. Nous nous arrêtons à Playa Negra, en bordure de la mer des Caraïbes, où nous restons au Reggae Bar, qui fait camping aussi.

Dimanche 26 Novembre – Température 28° – Temps mitigé – départ 11H00

Un peu de maintenance  sur Samy qui a un souci avec le bloc lumineux arrière droit, un faux contact. Réparation faite par Sancho, pendant que Mimi travaille sur le blog.

Nous partons visiter le Sanctuaire pour paresseux, et un nouveau contrôle de police des frontières. Nous nous arrêtons, commençons à sortir nos passeports, et les deux policiers ne veulent pas voir nos papiers, ils nous posent tout un tas de questions sur nous, sur le voyage, d’où nous venons, où nous allons, et finalement ils souhaitent mettre leur message sur Samy. « POLICE FRONTERA COSTA RICA », avec la date. Nous les saluons et repartons. Arrivés au centre, un paresseux est en train de descendre d’un arbre sur le parking, quelques photos de cet animal particulier.

Nous démarrons la visite par une balade d’une heure en lancha sur la mangrove. La végétation est très dense et tropicale, des oiseaux, des plantes gigantesques (nous avons quelques spécimens chez nous, en plantes d’intérieur (version miniature).

Puis ce sera la visite des salles où des paresseux sont soignés, et aussi où certains sont à demeure. En effet, souvent électrocutés, (ils deviennent paraplégiques pour certains, aveugles pour d’autres), ils ne peuvent plus vivre dans la jungle, ainsi que ceux sont rejetés par leur mère (malformations). Il y aussi ceux qui sont pris pour des mascottes par des familles, et puis trop grands, ils sont abandonnés. C’est malheureux de voir des animaux en cage, mais pour eux, c’est la captivité ou la mort. Très touchant de les voir ainsi, et chapeau bas aux personnes qui s’occupent d’eux toute l’année, et on se rend bien compte qu’elles sont passionnées.

Il existe deux catégories de paresseux, ceux avec deux doigts et ceux avec trois doigts.

Le paresseux à deux doigts a une longueur tête-corps de 46 à 86 cm, et son poids varie de 4.1 à 9 kg. Le pelage est long, dru et ondulé, les poils sont bruns avec des bouts crème, ayant l’air panachés. La face a souvent la même couleur que le corps, les jambes sont souvent plus foncés. Il y a deux griffes sur les pattes avant et trois sur les pattes arrière. Les paresseux à deux doigts sont nocturnes et solitaires. Leur alimentation consiste en feuilles, de brindilles et de fruits. Ils passent leur vie essentiellement suspendus à l’envers dans les arbres: mangeant, dormant, s’accouplant et donnant naissance dans cette position à l’envers, mais descendent sur le sol pour déféquer. Puisque leur corps est prévu pour être à l’envers, ils sont physiquement incapables de marcher réellement; ils rampent simplement sur le sol quand ils passent d’un arbre à un autre. Par contre ils savent très bien nager. Une autre adaptation à la vie à l’envers est la pousse naturelle des poils depuis le ventre (opposé au dos), ce qui permet à l’eau, pendants les pluies tropicales, de ruisseler. Les paresseux ont un métabolisme extrêmement lent et la température corporelle variable la plus basse de tous les mammifères.

Le paresseux à trois doigts (nom scientifique: Bradypus tridactylus) est l’une des espèces de paresseux. Il vit dans la forêt dense, d’Amérique centrale et du Sud. Il possède des pattes avant avec trois grosses griffes (« doigts ») qui lui permettent de s’agripper aux branches, contrairement à ses cousins qui n’en ont que deux. Bradypus tridactylus atteint une taille comprise entre 45 cm et 75 cm. Ses membres sont longs et faibles, avec des extrémités antérieures près de deux fois plus grands que les postérieures. Le cou du paresseux tridactyle est formé de neuf vertèbres cervicales, qui lui procurent son extrême flexibilité.

Les paresseux ont une période de gestation de 11 mois, donnant habituellement naissance à un seul petit. Après la naissance, le jeune animal dépend de sa mère qui le porte sur son dos pendant 9 mois, bien qu’il soit sevré après 1 mois et se nourrisse de feuilles, comme ses parents

Vous devez vous poser la question : pourquoi cet animal vivant dans les pays très chauds, a autant de poils ? Contrairement à la plupart des mammifères, sa température corporelle et son métabolisme vont fluctuer tout au long de la journée selon la température environnante- variant de 24 à 33 °C. Se nourrissant essentiellement de feuilles et possédant 4 estomacs,  sa digestion est très lente, et il a besoin de déféquer et d’uriner seulement une fois par semaine au sol. Le paresseux, dont la vitesse maximale s’élève à six centimètres par seconde , utiliserait en effet sa lenteur caractéristique pour lutter contre ses prédateurs : les aigles harpies, les ocelots et les jaguars. Son pelage verdâtre, qu’il doit aux algues microscopiques dans sa fourrure , lui permet de passer inaperçu. Au lieu de s’enfuir en cas de danger, le paresseux essaie de bouger le moins possible et tâche de se rendre invisible.

Une visite très intéressante sur ce curieux mammifère.

Bivouac sur le parking du restaurant « Boca Chica »

Lundi 27 Novembre – Température 26° – Temps couvert très moite – Départ 9H15

Nous partons visiter le parc naturel Cahuita.  Un beau parcours entre jungle et océan avec une belle variété de faune et flore, et avec les hurlements des singes.

Puis un petit tour dans la réserve indigène Bribi de Talamanca. Des petits hameaux au milieu de la forêt équatoriale, et des plantations de bananes.  Un petit bain de roues pour Samy et un autobus.

Bivouac Playa Negra – Puerto Viejo

Mardi 28 Novembre – Température 25° – Temps gris et pluvieux – Départ 8H00

Nous arrivons au poste frontière pour quitter le Costa Rica, il nous faudra faire la queue pendant 3 heures pour sortir du Costa Rica, et payer pour pouvoir sortir de ce pays.

A suivre…

         

 210 views

3 commentaires sur “🇨🇷 Le Costa Rica et ses paresseux qui ne le sont pas ……

  1. Bonjour

    heureux de lire de vos nouvelles et de vous voir en forme

    nous sommes maintenant dans le Gard depuis 1 semaine et avons vraiment hâte de reprendre nôtre voyage fin février ,les différents examens de mon épaule ne sont bon ,je vais devoir repasser sur le billard cet été

    notre petite fille de 6ans sera du voyage . Je suis avec intérêt vos point de passage et vos spots

    Profitez bien ,ça passe trop vite,on s’en rend compte une fois rentré

    la bise    Patrick   Isa

     

     

  2. Bonjour les reporters

    Je trouve vos reportages de mieux en mieux construit avec la partie histoire géo très enrichissante…

    Il y a aussi toutes ces magnifiques photos colorées qui font du bien et s’opposent au mauvais temps que nous avons ici.

    Dommage que la circulation aux frontières ne soit pas plus fluide et qu’il faille toujours payer…..

    Bravo à Samy qui va bientôt avoir parcouru 50000kms sans gros soucis

     

    Bonne continuation en encore merci

    José

     

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.