🇲🇽 Le Mexique (suite et fin)

Lundi 23 Octobre – Température 10° – Beau soleil – Départ 9H30

Nous quittons Patzcuaro avec une température fraîche, nous sommes à 2065 mètres d’altitude

Sangregorio petit village de montagnes à 2700 m

Quitério – San Juan de Avira – Tacambaro et sa petite école

Joas Alta – Cajones, nous remarquons que chaque maison possède un four rond extérieur.

Une cavalcade escortée par la police – Nous poursuivons notre route et décidons de nous arrêter pour déjeuner – Nous voyons passer la cavalcade, nous prenons quelques photos et nous renseignons, c’est en l’honneur de José Maria Morelos, héros de l’Indépendance qui donna au Mexique sa première constitution. C’est aussi pour lui rendre hommage que l’ancienne capitale de l’Etat du Michoacan fondée en 1541 sour le nom de Villa Réal de Valladolid de Nueva Espana, fût rebaptisée en 1828 Morelia.

Nous sommes dans les forêts du Michoacan, et c’est là que les papillons monarques du Canada passent leur hiver après un périple de 4000 kms réalisé au rythme de 25 à 35 kms par jour ! Il faut dire que les monarques ne sont pas des papillons comme les autres ; leur durée de vie atteint neuf mois, soit douze fois la moyenne des autres espèces. Une longévité qui ne suffit pourtant pas à expliquer comment ils retrouvent le chemin emprunté par leurs parents un an plus tôt…

Hélas, nous ne pourrons pas les observer, car leur période de reproduction commence la seconde quinzaine de février et s’achève la seconde partie de mars, avec le départ vers l’Amérique du Nord.

Caracuaro- El Zapote, Quenchiando, des petits villages où les habitants préparent à manger pour les ouvriers, et les personnes de passage,  devant leur maison, sur des petits étals, cuisson au feu de bois, pas de plaque de cuisson ou de gazinière.

Huetamo – Purechuco, beaucoup d’artisanats locaux,

de troupeaux de vaches avec leurs vachers, ainsi que des troupeaux de chèvres avec leur chevriers.

Los Brasiles – San Martin – Las Ceibitas

Un peu de gastronomie mexicaine

Des boutiques proposent la vente de Mezcal, un alcool obtenu par distillation de la sêve de l’agave (maguey), une plante aux grandes feuilles charnues des hauts plateaux, qui appartient à la famille de l’amaryllis et non à celle du cactus. Le Mezcal trouverait également son origine chez les Indiens qui l’utilisaient comme médicament. Son goût est légèrement brûlé et parfois il peut être servi avec le gusano (ver) qui repose au fond de certaines bouteilles.

La « téquila » et le « pulque » sont aussi les boissons nationales tirées de l’agave. Le « téquila «  (masculin au Mexique) s’obtient par la distillation d’une autre espéce d’agave particulière et bleutée « le maguey azul ». 

Le « pulque » était déjà préparé par les Aztèques qui le consommaient dans des demi-calebasses ou en offraient à leurs dieux lors des cérémonies. Peu alcoolisé, ce liquide blanchâtre et épais est obtenu par la fermentation de la sève de l’agave. Aujourd’hui, il est souvent servi aromatisé à l’ananas, au nopal, à la cacahuète.

Nouveau contrôle de sécurité de l’armée, le militaire nous demande d’où nous venons et où nous allons, si nous n’avons pas eu de souci sur la route. Tout est ok – Nous repartons.

Nous voilà remontés à 1500 mètres – Il fait 29° – Villa de Ayala – Oups, il est 18H27, il va falloir trouver un endroit pour la nuit – Ce sera à Mexicapan – parking restaurant  et station service.

Mardi 24 Octobre – Départ 9H00  – Temps couvert  – Température 18°

Beaucoup de contrôle de l’armée et de patrouilles sur la route, nous sommes dans le territoire « Jaquar »

Ahuehuepan – nouveau contrôle police fédérale 

  • Passeport avec autorisation visa pour Mexique
  • Contrôle intérieur du véhicule
  • Contrôle du permis de conduire
  • Autorisation circulation de Samy

Tout est ok, nous reprenons la route.

Tepecuoalcuco – Un flic de la police municipale àmoto, nous fait signe de nous arrêter. Il nous indique que nous sommes passés au rond-point au feu rouge, nous tournions à droite. Nous n’avons pas vu de feu tricolore….. Il nous verbalise, et nous réclame une amende de 2000 pesos, après avoir pris le permis de conduire d’Yves.  Il nous demande de le suivre, nous redémarrons, et pensions aller au commissariat pour régler, et non il s’arrête un peu plus loin, et nous demande la somme en espéces, nous lui donnons,  il nous rend le permis de conduire, repart sur sa moto, et nous le voyons faire demi-tour. En fait, il a vu la gopro, et pensait que nous avions tout filmé. Après quelques explications, il s’en va. Ce policier municipal  ripoux, nous a allégé de 89 euros.

Huitzuco – à nouveau des vachers et chevriers à cheval

Là aussi, des villages très pauvres et des routes en piteux états, des nids de poules, plutôt des nids d’autruches, ces trous parfois certains habitants les rebouchent par des matériaux de fortune, et vous demande une « propina », un pourboire.

Izucar de Matamores –  tiens un village « Lasclaveras »  presque « Lasclaveries »

Nuevos horizontes – Acatlan de Osorios où nous passons la nuit.

Mercredi 25 Octobre – Beau soleil – Départ 9H00  -Température 27°

Huajuapan – Tamazulapan – Le temps se gâte, il y a du vent, et le ciel s’assombrit, il fait 19°.

Las Pilas – et ces p……. de dos d’ânes qui n’en finissent pas, sans aucune norme, aux entrées, à l’intérieur et à la sortie des villages, villes, petits bourgs, signalés au dernier moment, ou pas du tout.

Nous sommes à 1939 mètres d’altitude – beaucoup de cultures de maïs – 2317 mètres, nous sommes dans la région d’écotourisme indigène, il fait 13°5, un peu de chauffage, Samy se refroidit.

Nochixtlan, des bus, camions, voitures calcinés sont restés au milieu de la chaussée  pour  ne pas oublier ce 19 Juin 2016 « la révolte est la vie » où lors de manifestation contre les réformes éducatives du gouvernement, la police fédérale est intervenue et il y eu 8 morts, 108 blessés, et 23 arrestations, parmi la population de ce village indigène.

Nous voilà à 2184 mètres d’altitude, il fait 15°, nous sommes dans une région montagneuse avec des petits villages isolés, des petites écoles, la végétation est variée (pins et arbres).

Oaxaca, berceau des cultures zapotéques et mixtèques, cet état est barré par plusieurs sierras : la Sierra Madre del Sur et la Sierra Madre de Oaxaca. Sa capitale Oaxaca est située à 1500 mètres d’altitude dans une vallée fertile au cœur d’une région les plus pauvres du Mexique où persistent des traditions ancestrales.

Samy a atteint 199700 kms, une vidange s’impose et c’est à Oaxaca que nous la faisons.

Bivouac à Cabana del Patron.

Jeudi 26 Octobre – Température 24.4 – Départ 14H30  – Beau Soleil – Joyeux anniversaire Sancho-

Nous allons visité Mitla, après avoir pris le temps dans la matinée – Cette grande cité érigée par les zapothèques avant d’être occupée par les Mixtèques. Nous allons visiter l’église San Pablo Apostol qui a été construite par les Espagnols sur les ruines préhispaniques.

Balade au milieu du marché artisanal –

El tule et son arbre : un cyprès des marais de 40 m de hauteur – 10 m de diamètre et 54 mètres de circonférence. 

Vendredi 27 Octobre – Température 28° – Départ 12H20 – Beau Soleil

Problème GPS – il nous faut télécharger des fichiers, nous attendons le dépannage de la société GLOBE. Heureusement, nous avions une très bonne connexion au camping, c’est fait, GPS opérationnel après quelques semaines de galère depuis notre entrée au Mexique.

Nous partons visiter le Monte Alban, il nous faut prendre la route vers Oaxaca, où il y a des mouvements de grève, les problèmes de la crise sociale de 2006 à 2008 sont loin d’être résolus et le conflit plane toujours sur les habitants.

Nous grimpons à 1885 mètres pour arriver à « cette colline du Tigre » qui doit son nom  « Monte Alban » au conquistador espagnol Diego Lopez de Monte Alban qui fut dépêché dans la région au XVI siècle. Ce site archéologique classé par l’Unesco au patrimoine mondial de l’humanité, procure une grande sensation d’espace. La cité, dite zapothèque a dominé la région pendant des siècles tant du point de vue politique, qu’économique ou religieux. Le début des travaux date de 500 à 200 ans avant JC.

Nous visitons le musée qui retrace l’histoire du site et de sa redécouverte par les explorateurs du XIX siècle. Une exposition d’intéressantes collections de céramiques à usage domestique et rituel, ainsi que différentes stèles gravées retrouvées sur site.

Petite visite d’Oaxaca-

Quelques courses  4 tomates – 1 avocat – 1 petite boite d’olives – 2 petits pains – 2 pâtisseries – 1 fromage artisanal – 1 fromage blanc aux fraises .  Total 93 Pesos soit 4,37 €

Bivouac au même endroit  –

Samedi 28 Octobre – Départ 9H40 – Temps mitigé avec un peu de soleil – Température 22°

San Martin Tilcojete, des mamans lavent leurs linges dans la rivière

Ocotlan de Morales – des pickups avec de drôles de chargements.

Nous revoilà sur des petites routes de montagnes, avec leurs petits villages isolés, nous sommes sur la route 175. Nous rencontrons quelques taxis qui font des navettes.

Déjeuner en bordure de route.

Miahuatlan de Porfirio Diaz, la route est en mauvais état et toujours ses maudits dos d’ânes.

2400 mètres d’altitude – petite échoppe avec maison d’habitation, à flan de montagne

Samy a atteint 200 000 kms à 14H56 à 2400 mètes d’altitude dans la Sierra de Miahuatlan.

San José del Pacifico – un étal de boucher avec de la viande et des boyaux qui pendent à des esses.

Notre Samy grimpe,  2750 mètres – San Matéo Rio Hondo, oups , de la piste avec des ornières, des ravins, la pluie, des éboulements, nous dépannons un Nissan embourbé……   enfin nous arrivons après 3 heures de piste – El Kapiche – La Guadalupe – Candelaria –

Il s’est remis à pleuvoir, nous sommes redescendus à 372 m, il fait 26°5 – Arrivée à Puerto Angel, il fait nuit et nous dormons au RV Los Angeles.

Dimanche 29 Octobre – Départ 10H00 – Température 27° – Altitude 27 mètres

Il a plus la nuit avant notre arrivée, et le camping est innondé. Nous nous balladons en bordure du Puerto Angel et de la plage

Nous sommes dans la Parc National Huatulco sur la route Mex200 où un panneau nous signale qu’il peut y avoir des traversées de jaguars, pas les voitures, les félins…

El Moro Mazatan. Nous arrivons à Salinas Cruz et déambulons dans la petite ville.

Bivouac Playa Azur – sur le parking du restaurant –

Lundi 30 Octobre –  Départ 10H00 – Beau soleil – Température 31°

Petit déjeuner avec pan cakes

Intendance : il faut faire une lessive – Farniente – Récupération lessive (110 pesos)

Déjeuner au bord de la lagune remplie d’oiseaux

Nous apercevons un iguane au soleil

Retour Bivouac bordure de plage

Mardi 31 Octobre – Départ 9H00 – Beau soleil – Température 30°

Petits déjeuners avec pan-cakes ronds, nous avons trouvé une petit poêlon rond….

San Pedro Huilotepec – Emiliano Zapata – l’armée distribue des vivres aux habitants de ces petits villages pauvres

Alvaro Obregon, beaucoup de petits tucs tucs , petites voitures taxis

Des enfants rangent des tuiles avec leur père

Juckitan de Zaragoza, des petites échoppes en bordure de route proposent la vente des jus de fruits frais, ananas, noix de coco

Cela fait bizarre, des champs d’éoliennes, technologie moderne à perte de vue

Pause déjeuner, nous reprenons la route vers 14H00 – une fumée importante au loin, nous pensons à un incendie, que nenni, des personnes brûlent les poubelles dans une déchetterie.

Nous sommes  dans la région des Chapias, la région la plus pauvre du Mexique.

A nouveau, un contrôle militaire, rien de spécial, nous passons sans aucun contrôle.

Le paysage change, nous sommes en montagne sur la route 200.

La Polka – La Esperanza- Pijijiapan – Mapastèque – Villa Comatitlan

Nous voilà à Cacahoatan où nous passons notre dernière nuit mexicaine, sur le parking de la Station Temex, sur la route Arriaga-Tapachula.

Une petite bière pour Sancho et un petit whisky coca pour Mimi (ce qui lui rappelle les sorties en boite de nuit dans les années 80 au New Look et M3)

Le ciel s’est couvert – Il pleut –

A suivre………

 

 129 views

2 commentaires sur “🇲🇽 Le Mexique (suite et fin)

  1. Quelle épopée ! Heureusement que Samy tient le coup, avec toutes ces routes peu ou mal  entretenues.

    Sancho semble  tendu sur cette photo alors que Mimi affiche un large sourire…

    Gros bisous

    Josy

  2. Le choix d’un bon véhicule 4×4 s’avère indispensable pour cette aventure et là Yves tu as fait le meilleur achat.

    Le coup du policier municipal c’est dommage …..ça gâche un peu la journée,  vous vous êtes rattrapé sur les olives et le fromage…..Mimi, tu as  raison, rien de mieux qu’un whisky coca pour remonter le moral

    Bises à vous deux

    José

     

     

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.