🇬🇹 Bienvenue au Guatemala

Mercredi  1er Novembre – Départ 8H00 – 34° – Beau temps

Tapachula, dernier village mexicain que nous traversons, nous tombons dans les embouteillages avec un vacarme de klaxons entre autres. Là-aussi, beaucoup de petits vendeurs en vélo proposent des  pastèques, des fruits, des légumes, d’autres des chapeaux, des ceintures cuir….

Nous arrivons près du poste frontière El Carmen, où nous sommes assaillis par des personnes qui veulent vous aider à passer la frontière, notamment faire des photocopies, changer de l’argent.

Nous poursuivons notre route jusqu’au parking que nous indique un policier en nous expliquant les formalités à faire côté mexicain, enregistrement sortie territoire pour nous et pour Samy. Puis ce sera côté Guatemaltèque avec inspection et désinfection de Samy, contrôle numéro moteur, visa pour nous deux, le tour est joué en deux heures de temps.

Désinfection extérieure Samy 36 Quetzal – 4,32 €

Visa pour nous deux  160 Quetzal – 19,2 €

Un peu de géographie : Le Guatemala en forme longue la République du Guatemala, est un pays d’Amérique centrale entouré par le Mexique, le Belize, la mer des Caraïbes, le Honduras, le Salvador et l’Océan Pacifique. Sa capitale est Guatemala City. Sa superficie est de 108890 km². Son nom provient du Nahuati  (groupe de langues apparentées de la famille uto-aztèque°, Cuauhtëmallan, qui peut se traduire par « lieu rempli d’arbres » et signifie peut-être « Pays des K’iche » Sa devise est le Quetzal  faisant référence  à l’oiseau sacré dont les Mayas utilisaient les longues plumes de la queue comme objet de luxe. Son drapeau est composé de trois bandes verticales, bleu ciel et blanche au milieu. Le bleu symbolise l’Océan Pacifique et l’Océan Atlantique qui bordent le pays et le blanc signifie la pureté des valeurs du pays. Au centre une couronne de rameaux d’olivier  signifiant la paix, entourant deux fusils et deux sabres en croix (l’honneur). Un parchemin y est sur imprimé portant la mention « Libertad 15 de sieptembre de 1821 », lui-même surmonté d’un quetzal (oiseau)

Nous voici dans une végétation équatoriale. Nous croisons des motards sans casque, et des voitures avec des personnes debouts ou assis dans les bennes des pickups. Ici les habitants aussi utilisent beaucoup les transports en commun.

Coatepec, la route est très mauvaise, il faut faire du slalom pour éviter les ornières et aussi faire attention à ces maudits dos d’ânes. Voilà une voiture transport en commun. 

Des champs de maïs, et de cannes à sucre. Une dame lave son linge dans la rivière.

Cuyotenango – Mazatenango – Santos Thomas la Union

Bivouac à Santos Thomas la Union –

Jeudi 2 novembre – Départ 8H40 – 26° – Beau soleil  – Altitude 940 mètres –

Direction Lac Atitlan – Notez bien l’heure de départ !!!!!

Le GPS nous indique la route, nous lui faisons confiance, c’est une route caillouteuse.

Aldoce San Miquelito – nous mettons une heure pour faire 13 kms

Nous traversons des petits villages avec des habitants en costume traditionnel, qui nous regardent passer un peu surpris sûrement de voir des « touristes ». C’est sûr, vu l’état du chemin de chèvres sur lequel nous passons, il faut être français pour y rouler.

Après avoir rebroussé chemin car la route était fermée plus haut, et pas d’accès au lac Atitlan, renseignements pris à la sortie du village, il faut donc faire demi-tour et prendre la direction de Santa Catalina.  C’est en repassant dans le village, que Samy a oublié de baisser la tête, et a accroché la câble de la télévision, et la ligne électrique maintenus par un bambou. Nous voilà bien embêtés, Sancho souhaite dépanner, il donnera des dominos et un tournevis, ainsi que de l’argent pour que les personnes puissent faire réparer leurs lignes. Nous sommes à 2336 mètres puis ce sera Alda Petzli 2442 mètres d’altitude, nous traversons des gués, des ornières dues aux dernières pluies, des cailloux, du vrai tout chemin ou plutôt du vrai tout terrain. Je vous avoue que j’ai eu quelques peurs, car si nous étions tombés en rade sur ce chemin, je ne sais pas comment nous aurions pu être dépannés. Mais nous avions nos anges gardiens avec nous, donc tout s’est bien passé. Pour faire 29 kms, nous avons mis 5 heures, bravo à Sancho pour sa conduite, et à notre petit Samy qui dans la bataille a perdu le feu arrière droit. 

Nous avons filmé, tout cela, et nous ne manquerons pas de vous faire voir la vidéo. Nous sommes à 2430 m d’altitude, paysages de montagnes avec des villages oubliés où il n’y a pas de route praticable, et nous voyons beaucoup de personnes se déplaçant à pied.

Nous croisons quelques véhicules, mais heureusement pas trop car il n’y a pas la place pour 2 véhicules.

Après ces péripéties, enfin la route transaméricaine.

Aldea – Colonia Maria Tecum – San Jorge la Caguna où nous nous arrêtons sur la place pour déjeuner.

Nous apercevons le lac Atitlan, situé au Sud Ouest de la Capitale du Guatemala, son origine est volcanique, il remplit un large cratère fromé lors d’une éruption il y a 84000 ans.

Chujulimul, beaucoup de mond aux alentours du cimetière, c’est « El dia de los muertos », la mort est une fête. Dans l’intimité du foyer, la famille dresse un autel à ses défunts composé de photographies, d’objets qu’ils affectionnaient, de leurs plats et boissons préférés, d’images pieuses, de bougies et d’œillets d’indes orangés pour accueillir leur retour. Puis on se rend au cimetière, qui devient lieu de rassemblement joyeux et festif, après la messe. Les tombes sont couvertes de divers ornements, dont les calaveras (tête de mort en sucre peint) et le pan de muertos (petit pain en forme d’os ou de squelette) que préparent partout les boulangers. Les revenants ne doivent manquer de rien. Les adultes boivent à la santé des défunts et prient, tandis que les enfants jouent avec des marionnettes en forme de squelettes. A la nuit tombée, bougies et encens sont allumés : vivants et morts festoient jusqu’à l’aube.

Bivouac à Teclan

Vendredi 3 Novembre – Température 19° – Départ 8H50  – Soleil avec quelques nuages – 2253 m d’altitude

Nous rencontrons beaucoup « d’auto-hotels » en bordure de route, avec des noms « El crucero del armor » par exemple, ou el paraiso….. en fait ceux sont des motels coquins.

Nous sommes sur la trasaméricaine, culture de maïs, cultures maraîchères (choux, carottes, salades,cucurbitacés…) quelques travailleurs dans les champs.

Nous quittons la transaméricaine pour prendre la direction d’Antigua, des paysages montagneux.

Nous voilà à Antigua à 1530 mètres d’altitude, c’est la capitale de la capitainerie générale du Guatemala. Antigua Guatemala a été le centre culturel, économique, religieux, politique et éducatif de toute la région avant d’être déplacée à Guatemala City, notamment à cause des problèmes de tremblements de terre.

Avec ses bâtiments construits dans le style baroque du 18ième siécle et préservés aujourd’hui, Antigua présente des traces vivantes de la culture espagnole. Sa planification urbaine datant de 1543 a été conservée, inspirée par la Renaissance italienne, un modèle de lignes droites défini par le damier des rues nord-sud et est-ouest.

Nous arrivons sur la place principale, où une policière nous indique que nous pouvons nous garer et passer la nuit sur le parking de ‘Policia Nacial al Turismo »,  dans l’enceinte de la caserne de police.

(adresse : 6 calle Poniente final –Disetor ). Super, nous savons à 10H40 où nous allons passer la nuit.

Une fois installés, nous allons visiter la ville, avec ses beaux édifices, ses petites rues pavées, ses couvents, ses églises, ses monastères. Elle représente la richesse culturelle et architecturale dans laquelle l’art espagnol et l’art natif ont fusionné.

Nous admirons à la tombée de la nuit, le Volcan de feu et le Volcan de Agua, depuis le balcon de la mairie d’Antigua.

Samedi 4 Novembre – départ ballade 12H40 – Température 25.5 – Beau soleil

Le matin, un peu d’aministratif – assurance pour l’amérique centrale et demande de cotation pour passage Panama. – Pause déjeuner Samy

Nous partons voir le Volcan de feu que nous ne pouvons pas voir, car il a la tête dans les nuages. Nous visitons quelques villages aux alentours  avec leurs artisanats.

Retour au campement vers 17H00

Quelques courses :  12 œufs  31,90 quetzal = 2,39 €  –  4 yaourths 17,20 Q = 2,06€

1 pain 2Q soit 0,24€ , 1 plaque de beurre 200g – 25,95 Q soit « «3,11 €.

Boissons spécialités du Guatemala :

Bebida maya : du lait d’amande, de la cannelle, cacahuètes mixées et glaçons. 

Horchata : préparation à base de riz, cannelle, amandes, sucre, eau et glaçons

Limonada : jus de citron, eau, glaçons et sucre

Bières : Modesto, Dorada,

De retour au camping, nous faisons la connaissance de Vanina et Esteban et leur petite fille Delfina ainsi que Fiona, une bouldogue anglaise. Ce couple d’argentins voyage de Buenos Aires à l’Alaska.Leur site : sinrumbofijo

Dimanche 5 Novembre –Beau soleil

Nous prenons le temps ce matin, car nous restons quelques jours  de plus à Antigua. Mimi en profite pour un petit soin chez la pédicure. Yves s’occupe des photos pour le prochain article du blog.

Nous partons déambuler dans les petits marchés artisanaux et passer un moment dans le parc, prendre une petite consommation, avant de rentrer au campement.

Lundi 6 Novembre – Beau soleil

Nous avons rendez-vous ce matin, avec Lourdes M.C de l’agence d’assurance SEGUROS G&T qui doit se déplacer pour le contrat d’assurance, et prendre en photos Samy sous toutes ses faces extérieures et intérieures. Contrat signé – c’est Ok, nous sommes assurés pour l’Amérique centrale.

Nous poursuivons la visite d’Antigua, beaucoup d’enfants vous abordent dans la rue pour vendre des petits objets en bois, fabriqués par leurs parents, ou des foulards, des colliers, d’autres marchands ambulants, des masques en bois, des ceintures, des chapeaux, des jouets, des sucreries, des jus de fruits, ou des glaces.

Avant de retrouver Samy, nous nous arrêtons au Café Bohême, tenu par  Lili et son compagnon, un jeune couple de Bordeaux, installé à Antigua depuis 3 ans. Très belles et délicieuses pâtisseries françaises, avec boissons rafraîchissantes. Nous dégustons une tarte au chocolat et framboises, avec des limonades. Belle rencontre du sud ouest

Dernière nuit à Antigua.

Mardi 7 Novembre – C’est l’anniversaire de notre petite Pauline – 31 ans – le temps passe…

Départ 9H00 – 18° – Temps couvert

Direction Coban – sur la route, beaucoup de petites boutiques artisanales, des fabricants de meubles, des tailleurs de pierre. Nous arrivons à la périphérie de Guatemala City.

À l’époque maya, une partie du territoire actuel de la ville de Guatémala était occupée par la cité de Kaminaljuyú, habitée depuis il y a environ 2000 ans.Au  xvii  siècle, la ville portait le nom de Santiago de los Caballeros de Guatemala (Saint-Jacques des Chevaliers du Guatémala) et possédait un monastère nommé El Carmen (Le Carmen), fondé en 1620 quelque temps après l’invasion des Espagnols. Elle prit de l’importance lorsqu’elle accueillit le siège de la Capitainerie de Guatemala en 1776, à la suite d’un tremblement de terre ayant en grande partie détruit l’ancienne capitale, Antigua Guatemala. La ville fut le théâtre de la déclaration de l’indépendance de l’Amérique centrale (État éphémère incluant le Guatemala et des États actuels voisins) vis-à-vis de l’Espagne, le 15 septembre 1821. L’ancienne ville est reconstruite sur l’emplacement de celle quasi-détruite le jour de Noël 1917 avec ses maisons basses de style colonial aux fenêtres protégées de grilles ajourées, à l’intérieur, le traditionnel patio décoré de fleurs, de fontaines. Les avenues sont bordées d’arbres tels les flamboyants les jacarandas, les tulipiers .La ville a connu, à nouveau, de sévères destructions lors du tremblement de terre de 1976.

Nous ne visitons pas Guatemala City, avec ses 4 millions d’habitants, plus grosse ville d’Amérique centrale. Nous constatons que beaucoup de boutiques sont avec des grilles, les commerces, stations services, banques, ont des vigiles armés.

Colonia Pinares, nous sommes arrêtés car il y a une manifestation qui bloque la route, un local nous indique qu’il y a une autre route pour contourner. Nous prendrons cette petite piste.

Tulumajillo – San Diego, nous sommes sur la route CA5, petite route montagneuse bien agréable.

Aldea Mantanzas – La Union Barrios , c’est une région agricole, des cultures sous serres.

Chaque famille engraisse un porc qui se trouve à côté de la maison.

Nous nous arrêtons au Park Ecologique Hôtel Hollanda, avant Coban, et profitons de la wifi pour appeler Pauline  et lui souhaiter un joyeux anniversaire. Soirée un peu difficile moralement pour Mimi.

Mercredi 8 Novembre – Départ 9H44 – Température 16° – Temps pluvieux – Direction Tikal

Après une bonne nuit de sommeil, Mimi va mieux.

Tanchi, région montagneuse 1123 mètres d’altitude – nous sommes dans une forêt équatoriale.

Nous pouvons voir dans les villages traversées, des habitations rudimentaires en bois. Une nouvelle manifestation bloque la route, mais là pas d’autres routes, il nous faut attendre. Il est 11H15, un peu de jeux avec le cahier de vacances de 17 à 117 ans, offert par nos amis pour passer le temps.

Nous repartons vers 14H30, après avoir fait la connaissance avec un groupe de salariés de la Société Schneider France, notamment deux béarnais qui voyage durant 15 jours au Guatemala.

Tiens un atelier de charpentier

Vita Hermosa – Aldea Canach , quelques maisons en toit de chaume.

Nous faisons quelques courses à Sayaxché et passons la nuit sur le parking de la station service.

Jeudi 10 Novembre – départ 9H10 – Temps couvert – Température 25°

Il n’y a plus de route après Sayaxché, il nous faut prendre le bateau, pour traversée la rivière.

Ce sera sur une barge déplacée par 4 moteurs de hors-bord, fera l’affaire. Durée 5 minutes –

Coût 15 Quetzal soit 0,48 centimes.

Nous voyons beaucoup d’élevages de taureaux brahmas La robe est gris clair et les muqueuses sont noires. Les cornes sont très courtes et les oreilles larges sont pendantes. Le garrot est surmonté d’une bosse caractéristique des zébus. 

Un pèle-porc dans une maison, le chaudron fume, le cochon est déjà sur la table.

La Libertad. Et un dos d’âne, un de plus, nous aurions pu nous amuser à les compter, des pompiers volontaires font une demande d’aide financière, nous leur donnons notre contribution, nous ne la donnons pas cette année sur Thèze.

Nous voyons un peu plus de maisons en dur, des petites usines de viande bovine, des ranchs, et surtout des pousses-pousses.

Paxcaman – Al Remate – El Caoba – Nous arrivons sur l’un des plus grands sites archéologiques et centres urbains de la civilisation maya précolombienne. (Superficie de 576 m²) : El Tikal qui veut dire en maya « qu’il y a de l’eau », mais encore  maintenant on le connaît comme « l’endroit des voix des esprits ». Il est situé dans la région archéologique du bassin du Petén dans ce qui constitue maintenant le nord du Guatemala et fut découvert en 1948 par le Colonel Modestro Mendez et Ambrosio Tut, membres des autorités du Petén à cette époque.  Situé dans le département du Petén, le site fait partie du Parc National de Tikal du Guatemala, créé le 26 mai 1955. En 1979, il a été inscrit au Patrimoine mondiale l’UNESCO.Tikal était la capitale d’un État conquérant qui fut l’un des royaumes les plus puissants des anciens Mayas. La partie principale de la ville s’étendait sur une surface de presque 65 kms².

Après une pause déjeuner rapide, nous partons visiter Tikal et ses temples magnifiques et grandioses, et ses singes hurleurs. En effet, nous les entendons au fur et à mesure que nous marchons dans le parc. Nous n’aurons pas la chance de voir les autres animaux qui vivent là, le toucan à carène, le vautour noir, le pic-vert, le perroquet, le grand faisan, l’oropendola, l’ortalide, le dindon Ocellé, le jaquar, le porc sanglier, le Jacana du Mexique, et le Coati.

Un très belle promenade, durant tout l’après-midi, pour découvrir ce site avec ses structures, sa « plaza de la Gran Pyramide », la « plaza de los 7 temples », le « palacio des ventanas », la « Plaza Este », la « plaza Oeste », « l’acropolis del Sur », « l’acropolis del Norte », « l’acropolis Central » et bien d’autres complexes.

Prix de la visite : 400 Quetzal soit 48 €

Nous rentrons au campement à l’intérieur du site.

Vendredi 10 Novembre – Temps mitigé très humide – Température 23° – Départ 9H15

El Remonte – nous nous arrêtons dans ce petit village bien tranquille, nous faisons quelques pas sur le bord de la plage, et nous voyons des petits enfants qui nous proposent des petits objets en bois fabriqués par leurs parents pour nourrir la famille. Nous leurs achetons une pyramide, un crocodile, un toucan, une tortue, et un pyrogue. Nous leur proposons de les prendre en photo, et de leur offrir une photo à chacun en souvenir. Nous avons amené une petite imprimante photo. Sylvina, Jorgé, José et Antonio sont ravis et repartent avec leur petit souvenir.

Ixpanpajul-Aldea Sabanota – Machaquila – Poptun

Nous arrivons à Fronteras où nous essayons de trouver un endroit pour passer la nuit. Nous nous arrêtons à la Marina RAM, et posons la question au garde. Il nous indique que nous pouvons rester sur la Marina, et d’aller voir à l’office. Un super spot nous attend, SAMY au milieu des bâteaux,  pour la modique somme de 50 Quetzal la nuit. Douches et WC compris. Nous nous installons et allons nous promener au milieu des voiliers, et autres embarcations.

Plus tard, nous faisons la connaissance de Brigitte et Michel, un couple de Niort, qui voyage en bateau depuis une dizaine d’années, et qui restaure leur voilier Malika, avant de reprendre la mer pour revenir en France. Un bon moment très agréable.

Samedi 11 Novembre – Beau temps

Nous décidons de faire une petite halte à Fronteras jusqu’à lundi –

Balade au marché depuis la Marina où nous prenons un taxi tuc-tuc, Samy est au repos, il le mérite bien. Quelques courses – Déjeuner au « Café de Paris » petit resto bien sympa.

Nous profitons de l’après midi pour nous reposer –un peu de farniente et un peu de travail sur le blog.

Le soir, Brigitte et Michel nous propose d’aller de l’autre côté de la Marina, avec leur annexe (leur voilier Malika étant sur calle) pour passer un petit moment et aller boire un mojito et dîner à la pizzeria. Petite traversée sur le lac Izabal bien appréciée. Nous faisons la connaissance d’autres marins français, Patrick et Eric (sur catamaran Mahe Sadry) et d’Edith et Denis (voilier Harmonie).  Une soirée bien agréable – Nous rentrons à la Marina par le même chemin, ou plutôt par la même voie navigable, de nuit.

Dimanche 12 Novembre – Départ 9H20 – Temps couvert

Aujourd’hui, sur les conseils de nos nouveaux amis, nous décidons d’aller visiter Livingston, petite ville de l’extrême est du Guatemala, située sur le bord de la mer des Caraïbes, à l’embouchure du Rio Dulce, sur le Golfe du Honduras. La traversée durera 2 heures en lancha avec un arrêt au hot spring, un point d’eau chaude, autre arrêt près d’un village avec des fleurs aquatiques en bordure, où des enfants nous proposent des coquillages, des colliers. Nous apercevons des maisons somptueuses avec leur yachts, des maisons sur pilotis, qui contrastent totalement avec la pauvreté des villes et villages.

Arrivée à Livingston à 11H30 – Culture et ambiance chaleureuse dans cette petite ville avec ses communautés qui sont pour la plupart d’anciens esclaves noirs qu’on appelle « les garifumas » C’est une petite ville aux allures très caraïbeenne et donc décontractée.

Nous nous arrêtons pour déjeuner, et prenons la spécialité :

Topado : c’est une soupe de poissons et crustacés, un délice

Nous nous promenons dans les rues, et apercevons un iguane perché à la cime d’un arbre.

Nous nous arrêtons devant une maison, une mère et ses deux filles passent des grains de maïs dans une meuleuse pour obtenir une pâte, qui sert de base pour faire les tortillas.

Nous revenons à l’embarcadère pour reprendre la lancha, et c’est un déluge qui s’abat sur nous, heureusement nous nous sommes mis à l’abri.

Départ à 14H30, retour sous la pluie, nous avons amené les cirés. Retour à la Marina 16H00

Intendance : lessive et farniente.

Nous passons un moment en fin de journée avec Michel et Brigitte.

Lundi 13 Novembre – Temps couvert – Départ 10H20

Après avoir salué Brigitte et Michel, un petit autographe avec dessin voilier sur Samy, nous quittons Rio Dulce et sa marina.

Morales – Las Amates –

Pause déjeuner – nous repartons vers 15H40 après quelques parties de 51.

Rio Hondo, il pleut et la température est de 29°-  Zacapa

L’occupation de la journée est pour la plupart des villageois, petits et grands, de trouver du bois pour la cuisine.

Nous nous arrêtons à Jocotan pour la dernière nuit au Guatemala.

A suivre

 

 273 views

2 commentaires sur “🇬🇹 Bienvenue au Guatemala

  1. Grâce à vous, on apprend beaucoup de choses intéressantes sur le pays! Merci pour tout pour ces belles photos, et tous ces super commentaires!

    Bonne continuation et à très vite.

    Bises.

    Jacques.

  2. Comme toujours, vos messages, pour nous « c’est l’Amérique » !!!

    On y apprend plein de choses et les consulter, vous lire est vraiment un plaisir !!

    Bon courage pour la suite de votre si beau périple et à très bientôt,

    Didier

     

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.