🇨🇱 Chili entre Pacifique et Andes

Samedi 20 Janvier – Température 30° – Beau temps – Départ 7H45

Nous arrivons au poste frontalier où il n’y a pas beaucoup de monde – Les formalités douanières sont faites en 1H30, assurance comprise pour Samy prise à la frontière. Nous voilà au Chili.

Un peu de géographie : le Chili, en forme longue la République du Chili est un pays d’Amérique du Sud partageant ses frontières avec le Pérou au nord, la Bolivie au nord-est et l’Argentine à l’est et dont le territoire forme une étroite bande allant du désert d’Atacama jusqu’au cap Horn. L’île de Pâques, située à 3 000 kilomètres de Valparaiso dans l’océan Pacifique, fait partie du Chili depuis 1888. La superficie du pays est de 756 102 km2. Le gouvernement revendique aussi une possession sur le continent Antarctique: le Territoire chilien de l’Antarctique correspond aux longitudes 53°W et 90°W et est situé au sud du soixante-cinquième parallèle sud. La capitale du Chili est Santiago.Le Chili fait partie des pays dits du Cône Sud et parmi les pays d’Amérique latine, il est celui où la culture européenne est la plus affirmée, avec l’Argentine et l’Uruguay. C’est également, en 2010, le pays le moins corrompu d’Amérique latine, et l’un des plus démocratiques. La langue officielle du pays est l’espagnol chilien, mais sont aussi parlées des langues amérindiennes comme le runa simi, le mapudungun ou l’aymara, et une langue polynésienne, le vânaga rapanui sur l’île de Pâques. Aucune de ces langues n’a cependant de statut officiel. La monnaie nationale est le peso localement $.

Ariqua, grosse ville portuaire que nous passons. Nous voilà, à nouveau dans le désert, Quelques mini-tornades de sable – Cuya – altitude 1100 m, puis 1179 m en plein désert. Quelques mini-tornades de sable par çi, par là. Descente sur Iquique, avec une vue d’ensemble de cette immense ville. Petite promenade et visite, quelques courses.

Farniente en bordure de mer.

Dîner « chez Samy » : spaghettis aux fruits de mer sauce Vanille –  au cours duquel nous ressentons un tremblement de terre  – Renseignements pris, épicentre plus haut dans les montagnes magnétude 7.5 sur l’échelle de Ritcher.

Bivouac bord de mer où nous faisons la connaissance d’Alicia et Julio, couple argentin vivant à côté de Bariloche.

Dimanche 21 Janvier – Beau Temps – Départ 13H00 – Température 27°

Nous prenons le temps ce matin – et partons visiter la ville vers 13H00. Nous en profitons pour faire un brin de toilette à Samy, il en a bien besoin.

Claudia et Luis, des chiliens intéressés par notre « casa rolante » nous posent des questions et visitent Samy. Retour au bivouac de la veille. Étymologie : de nombreuses hypothèses ont été émises sur l’origine du nom du pays. Selon l’une d’entre elles, les conquistadors installés au Pérou appelaient la région australe valle de Chile. De nombreux noms propres hispanisés proviennent de noms locaux de fleuves et rivières (Pérou pour río Virú, Lima pour río Rimac). Il se peut que le nom du pays soit lié à celui de la rivière qui traverse la ville d’Aréquipa au Sud du Pérou, le río Chili. Selon l’Abate Molina, le nom viendrait de trih o chi, expression utilisée pour désigner un oiseau ayant des tâches jaunes sur ses ailes. Selon un historien, le nom viendrait d’un groupe d’Amérindiens (les Mitimaes) capturé par les Incas, qui provenait d’une région du Pérou où il existait un fleuve portant ce nom. Une autre théorie anonyme soutient que l’origine est aymara car l’Inca Tupac Uypanqui  avait donné ce nom aux terres conquises au sud de l’empire inca, jusqu’à la Vallée de l’Aconcagua (signifiant « gelé » ou « là où se termine la terre » en aymara).

Lundi 22 Janvier –Beau temps–Départ 8H45–Altitude 13mètres–Température 19°5

Nous longeons la côte par la route 1 – De belles plages, avec beaucoup de rochers, quelques villages perdus, des campements, pendant 2 mois, des vacanciers viennent s’installer en bordure de mer.

Nous nous arrêtons à Huanillos, un village abandonné que nous avions déjà vu, il y a sept ans.  Une photo avec Samy au milieu des ruines comme nous avions fait avec DD, le side-car.

Pause déjeuner bordure de plage.

Tocopilla -entre mer et rochers volcaniques, nous sommes dans le désert « Pampa Miraje » – autres ruines d’un village abandonné Gatico. Mejillonnes, petite ville où nous avions séjourné en 2011, où nous ne passons pas. Nous nous arrêtons sur le Tropique du Capricorne aux coordonnées 23°2’34.1’’S / 70°25’41.2’’W.

Antofagasta, capitale de la région d’Antofagasta est une grande ville, nous ne faisons que la traversée pour prendre la direction de Copiapo. Nous voulons revoir la main dans le désert où nous avions déjà pris une photo avec le side-car, et nous voulons prendre Samy aussi. Nous y voilà, quelques photos, puis nous décidons de dormir à quelques mètres de cette sculpture, en plein désert.

Au dîner : almondigas à l’espagnole accompagnées d’un riz complet.

Mardi 23 Janvier – Beau soleil – Départ 8H10 – Température 14°

Nous sommes toujours dans le désert d’Atacama à 2000 mètres d’altitude. Mimi prendra le volant durant une heure et demie. Nous quittons la route 5, pour prendre une petite piste vers la côte qui nous mène à Caleta, puis Pan de Azucar, la playa Refugio. Pause déjeuner où nous voyons un renard pas trop farouche, apparemment habitué aux hommes.

La côte est magnifique, et nous nous régalons, de plus, pas beaucoup de circulation dans cette région. Bahia Inglesa est une des plus belles plages de sable blanc et d’eaux tièdes, baptisée ainsi, car antérieurement connu sous « Puerto del Inglés ». Bivouac bord de plage, après petite balade en ville.

Mercredi 24 Janvier – Température 18°- Départ 7H00 – Temps couvert

C’est parti, pour 145 kms environ à travers le désert par la route 5. Vallenar, Domeyko.

Drôles œuvres d’art sur les hauteurs, Don Quichotte et Sancho Panza, nous nous y arrêtons, histoire de prendre quelques photos.

Incahuasi où nous faisons la pause déjeuner. Mimi reprend le volant, pendant que Sancho fait une petite sieste.

Le temps s’est couvert, il fait tout de même 26°. Nous passons à La Serena, ville des églises, connue pour sa variété et sa quantité de temples. Puis Coquimbo, et Ovalle par la route 43. Nous sommes dans la vallée del Limari. Bivouac au camping des Bomberos.

Au dîner : Omelette aux champignons – Ananas

Mardi 25 Janvier – Température 16°-Départ 8H25 – Beau temps

Nous prenons une petite route (D585) – Monte Patria et son lac artificiel La Paloma. Région de vignes – Chananal Alto, une route sinueuse à travers la vallée de Coquimbo- La Ligua – Combarbala – Loz Pozos, des montagnes avec des cactus. Nous nous arrêtons en bordure de route, pour acheter 2 petits pains, un morceau (200g) de fromage de chèvre (de la Cordillère) et un paquet de biscuits, dans une petite épicerie, le tout pour 2200 pesos, soit 3,08 €. Nous voilà dans la réserve nationale Los Chinchilas.

Illapel- tiens voilà Salamanca, un nom bien connu… 

Nous arrivons sur la côte, Concon, Villa del Mar, des ensembles immobiliers en bordure de plages, le tourisme dans toute sa laideur, et pour notre part, « circulez, y a rien à voir ».

Valparaiso que nous traversons, nous connaissions déjà cette ville pour l’avoir visitée, il y a 7 ans. Bivouac sortie Valparaiso.

Vendredi 26 Janvier – Départ 7H30 – Température 14°-Temps couvert

Nous prenons la route côtière appelée ‘littoral de los poetas », circuit touristique culturel, en effet, c’est sur ce trajet, à Isla Negra, que Pablo Neruda construisit une de ses maisons et s’inspira de ce lieu pour bon nombre de ses œuvres.  Un peu plus loin Las Cruces, lieu d’un poete Nicanor Parra. Un petit village Cartagèna où le père du créationnisme Vicente Huidobro, vécut et dont sa maison fût transformée en musée et où se trouve sa tombe, sur la cime d’une colline. On y trouve aussi le musée d’arts décoratifs Villa Lucia, qui fut la maison du peintre Adolfo Couve.

Nous décidons de reprendre une petite route intérieure qui nous amène au milieu des cultures de fraises, un arrêt à un étal, une barquette de 900 g pour 2000 pesos (2,80€) pour desserts.  San Pedro, El Manzano, beaucoup de vignes. Las Pastaguas, El Toco, nous retrouvons des champs de maïs, et des cultures de citronniers. Une région très agricole avec des petites fermes et maisonnettes coquettes. Santa Cruz, Lolol, nous voilà dans la vallée des Artistes, vers Ranquil, des plantations d’oliviers. Bivouac sur route direction Conception.

Samedi 27 Janvier-Température 16°-Départ 9H30-Beau soleil

Un petit 14°ce matin dans notre petite maison. Nous prenons la direction Cauquennes, Constitution, par la côte. Beaucoup d’usines de cellulose sur la route. Putu – Pellines – Chanco – Pelluhue, c’est la « routa del Mar » dans la région des Maules. Curanipe, petit port de pêche où nous faisons une halte. Des pêcheurs rentrent avec des filets emplis de poissons et de crabes, et sont en train de les décrocher des filets.

Il est midi sonné,  et si nous nous faisons un petit resto, nous avons envie de manger du poisson. C’est décidé, nous nous installons et commandons « Reinetta a la plancha » (hirondelle de mer) avec de la purée. Voilà les assiettes arrivent, on va se régaler… et bien ce sera le contraire, en effet à la plancha n’a pas la même signification que chez nous. En fait, le poisson est juste poché (même pas dans un court bouillon) et servi comme ça. Autant vous dire, qu’il n’avait pas grand goût. Nous serons très déçus et un peu en colère…De plus, il y avait une carte des vins, mais en fait, le restaurant n’était pas habilité à servir du vin… Cherchez l’erreur !!!!!!

Nous reprenons la route vers la vallée del Itata, nouvelle région de Nuble avec sa capitale régionale Chillan. Buchupureo, nous sommes sur le circuit « Piedras de los Lobos »(les pierres des loups de mer). Un panneau « loberia », nous suivons la route et arrivons en bordure de plage où trône un énorme rocher avec des centaines d’otaries appelés loups de mer. Nous apercevons 4 jeunes gens d’une association de préserve de ces animaux, qui tentent de remettre un petit otarie à peine âgé de 8 jours, dans la mer afin qu’il rejoigne la colonie sur le rocher, mais en vain, car trop faible, il ne peut remonter les vagues qui systématiquement le ramène sur la plage, où il risque d’être attaqué par les oiseaux. Après renseignements pris auprès d’une jeune responsable de cette association de sauvegarde, le petit otarie restera sous une tente, en attendant la marée basse, et une autre tentative sera faite, en espérant que ce petit pourra arriver à monter sur le rocher, et retrouver sa mère.

Nous prenons quelques photos des loups de mer qui se baignent et d’autres faisant du « surf »

Nous repartons Cobquecura – Quirihue-Trehuaco-Coclemu. Bivouac Punta de Parra Playa – Parking Hotelera Avellano.

A suivre…

 

 161 vues

4 commentaires sur “🇨🇱 Chili entre Pacifique et Andes

  1. Bonjour Mimi et Sancho

    Quel beau pays….et de magnifiques bivouacs,  mais jamais personne ne se baigne dans ces eaux du pacifique .?….

    J’ai eu  l’eau à la bouche dès que vous avez parlé de gaspro au poisson mais quel dommage ce resto qui a tout gâché. …

    Mimi …..tu as un nouveau coiffeur? Pas mal. …ça change!

    Portez vous bien

    José

  2. Bonjour Bonjourles sanchos, cest toujours avec plaisir et curiosite que je lis vos documentaires et vos photos. Voues êtes toujours aussi rayonnants, et ce samy quelle star! ! normal il a bcp de merite gros bisous

  3. Coucou les voyageurs !

    Toujours autant de plaisir à vous suivre et à découvrir vos environnements.

    Continuez à nous faire rêver avec vos photos !

    Bisous et bonne route

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.